En tant que femme, en tant que travailleur, en tant que personne d’affaires et qui a une équipe de travailleurs de l’entreprise que j’ai fondé je ressens le besoin moral d’écrire ce post.

Cela fait quelques mois et maintenant j’écris avec le calme et pas de l’impuissance, du stress et de l’incrédulité avec lequel j’ai vécu avec la situation à ce moment-là.

La nôtre est une petite et jeune entreprise avec un âge moyen d’environ 38 années, 13 personnes, 11 femmes et 2 hommes. Pour les tâches, l’horaire et le secteur dans lequel nous opérons, chaque fois que nous avons eu un nouveau poste de travail, nous avons reçu plus curriculums de femmes que des hommes. Pourtant, dans la sélection finale ont toujours été quelques femmes et un homme. Cependant, nous sommes 11 femmes.

Quand nous embouchons Jenny elle avait un fils de 2 années. Nous avons 3 personnes dans le choix finale et l’une des questions que nous nous faisons c’était, et si elle veut être mère autre fois ? Elle était la première personne que nous embauchons pour le bureau et nous ne pouvions pas nous permettre un congé de maternité pendant le prochain semestre. Nous aimons leur profil et nous voulions être le plus transparent possible, nous résistons de l’écarter pour cette raison et nous avons lui demandé si elle voulait être une mère. Elle nous a dit oui et nous avons lui demandé d’attendre une demi-année pour y rester, nous avons lui faire confiance. Un an et demi plus tard (Avril de cette année) est né le second fils de Jenny, Uriel.

Jenny se sentait mal au Janvier – pendant le Janvier et Février nous avons plus de 100 e-mails et 50 appels téléphoniques par jour – probablement elle avait du stress, ainsi que des raisons personnelles, lui provoquaient des contractions. Il a tenu un mois plus, les contractions étaient plus fortes et à mi-Février le médecin lui a dit de prendre le congé, pendant que nous commençons tout juste le processus de sélection de la personne qui la remplacerait, car en principe elle devait travailler jusqu’à Avril. Ensuite, nous trouvons Alba – 30 ans couple et en âge d’avoir des enfants, nous nous demandons encore si elle voudrait des enfants, mais cette fois cela ce n’était pas importait pour nous ! Nous voulions qu’elle travaillasse avec nous – mais elle avait de donner 15 jours à son entreprise actuelle. Je me souviens de ces 15 jours c’était un chaos, nous avons dû faire toutes les tâches de Jenny reparties entre Anna et moi, ainsi que nos propres tâches.

Entre tout cela on nous dit que le congé de Jenny n’est pas considéré comme congé de risque de grossesse ! C’est un congé de maladie générale, comme si elle soit malade, alors elle touchera seulement le 60% de son salaire du 4ème au 20ème jour et le 75% à partir du jour 21, de la base de cotisation du mois antérieur jusqu’à Uriel soit né. Nous en tant que société continuerons payant leur sécurité sociale et donc nous n’aurons acunne bonification de la sécurité sociale pour embaucher Alba, car elle ne couvrira pas un congé de maternité. En outre, comme nous l’emboucherons avant de donner naissance, nous avons aucun bonus jusqu’à Jenny soit en congé de maternité ! Cela signifie que nous devrions payer la Sécurité Sociale de Jenny et Alba pendant tous les mois de congé !

Je pense que la pénalisation de la femme enceinte et pour l’entrepreneur/eusse est surréaliste et préhistorique, pour avoir de congé pour avoir des contractions.

Je trouve pathétique que selon la catégorie professionnelle qui a une femme on considère congé de risque de grossesse ou congé de maladie générale. Le congé pour une raison ou l’autre est par la grossesse ! Évidemment, il y a des professions qui exigent congés de grossesse avancées (infirmières, gens qui travaillent avec des produits chimiques, les personnes qui détiennent le poids …), mais il semble très injuste que les professions qui avoir des niveaux élevés de stress (et plus aujourd’hui, quand il est scientifiquement prouvé que c’est nocif pour la santé) ne soient pas inclus.

Je comprends qu’une personne répondant 100 e-mails et 50 appels téléphoniques par jour peut souffrir de stress ou simplement peut se sentir mal et pour cette raison devrait être considérée comme une grossesse à faible risque.

Il y a moins d’une année, nous avons embouché Anna en âge d’avoir de enfants aussi, sachant qu’elle en veut. Nous avons demandé directement à l’entretien : “Nous vous demandons seulement une demi-année, on a besoin de vous cette demi-année ». Pour autre part, notre équipe de nettoyage est tous des mères. Comme une femme en âge de procréer, je suis fier que notre société peut parler ouvertement du fait de vouloir être mères, et il n’est pas tabou et qu’aucun d’entre elles ont peur d’être licenciée, jamais l’ont pensé. Ce serait une erreur de ne pas embaucher un d’entre elles.

J’aimerais que toutes les femmes qui j’ai autour de moi travaillassent dans entreprises où pouvoir parler ouvertement d’être mères. Je crois que le fait que la femme soit mère devrait mettre l’accent au curriculum, devrait être un mérite, et non quelque chose à cacher ou être pénalisé. Une mère est une personne qui a un maître dans nombreux domaines, elle sait s’organiser, prendre des décisions, sait ce que c’est le sacrifice et de loyauté …

Au le gouvernement je le dirais que l’une des tâches attendues d’eux est d’assurer la protection sociale, et je pense que nous devrions essayer que les femmes de n’importe quelle catégorie professionnelle et n’importe quel stade de la grossesse. Il est bon dire qu’il faut augmenter le taux de natalité dans le pays, mais où sont les installations où les facilitées pour les femmes et les entrepreneurs ? Je dirai aux employeurs, qui préfèrent encore les hommes aux femmes par les « responsabilités familiales » que les femmes ont, je les dirais que c’est pathétique laisser passer un curriculum vitae parce qu’une femme est mère, tristement le congé de maternité est de quatre mois dans ce pays. La réflexion je fais à un niveau personnel, qui les a donné la vie à eux ? En fait c’est sûr que beaucoup d’entre eux ont des filles. Si quelqu’un de ces entrepreneurs est en train de lire cela, je lui dirais que s’ils ont une fille, un jour un entrepreneur comme eux jettera le curriculum vitae de sa fille et ne l’embouchera pas simplement être une mère ou peut-être dans l’avenir, vouloir être mère.

En outre, en tant qu’entrepreneuse, je suis également conscient que les chiffres d’affaires sont importants et les entreprises avec une certaine taille, avec beaucoup de problèmes et de curriculums vitae différents ne veulent pas ou ne peuvent pas se permettre de prendre en compte l’aspect humain.

C’est vrai que le but de toute entreprise est faire affaires, mais j’espère que cela ne soit pas le seul. L’objectif de Naturaki est d’apporter une gestion optimale des maisons de charme dans la province de Gérone et les clients et les propriétaires soient heureux, cela on l’obtient grâce à la meilleure équipe de personnes et grâce à cela à la fin de l’année on gagne de l’argent.